Sa Pa

16.05.2014 #vietnam

Sa Pa est une ville du Viêt Nam. Elle se trouve à 1 500 mètres d’altitude sur un affluent du fleuve Rouge (Sông Hông), dans la province frontalière de Lào Cai, à l’extrême nord du Viêt Nam.

400 kilomètres et 9 heures de train plus tard, on arrive à Lao Cai. Un rabatteur essaye de nous vendre des tickets de bus à 200 000 dôngs mais on connaît le prix : 50 000 dôngs par personne pour aller à Sa Pa.

Le mieux est de se rendre au parking de minibus et monter dans celui qui est le plus plein = c'est celui qui partira le plus vite.


Olivier nous attend à l'église de Sa Pa comme prévu ; il nous présente La May, sa belle-mère, qui nous accompagnera pendant les 3 prochains jours.

On fait un arrêt rapide dans une épicerie pour acheter ce qui fera office de petit-déjeuner et on démarre : 9h00.

Pas besoin de marcher longtemps pour découvrir les premières rizières.

La première partie demande un petit peu d'équilibre pour marcher sur les rebords de rizières ou pour passer d'une pierre à l'autre.

Les cultivateurs font des fagots de pousses de riz qu'ils plantent ensuite avec plus d'espace.

Le chanvre ne se fume pas ici, mais les Hmongs utilisent la fibre pour faire du tissu.

Pause déjeuner et petite sieste après un Pho Bo (soupe de nouilles et boeuf).

Et on repart.

On passe devant les rizières d'Olivier et sa femme...

...et on arrive chez lui à 15h après 15 kilomètres de marche.

On pose nos sacs et on prend un thé pour se remettre de nos émotions : la dernière partie est plutôt abrupte.

Notre chambre.

Olivier nous avait demandé de lui apporter des graines pour son jardin : après un long voyage depuis "Leroy Merlin Beaubourg", elles pousseront sur les montagnes de Sa Pa.

Après un bon bain aux herbes médicinales préparé par Xi Quan (la femme d'Olivier), un super dîner préparé par Olivier et quelques verres d'alcool de riz, il est temps de dormir.

J 2 : La May vient nous chercher à 9h00, elle a déjà 3 heures de marche à son actif pour venir depuis chez elle. Elle a 62 ans, 5 enfants, 12 petits-enfants, des dizaines de milliers de kilomètres dans les jambes dont 10 années à guider les touristes et toujours le sourire.

Notre réveil à 5h00 : les cigales mutantes au bruit sur-puissant...

On passe faire des courses pour le soir et La May nous demande un coup de main pour porter les provisions :

Estelle : 4 kilos

Tony : 6 + 3 kilos

Robin : 8 + 3 kilos

Le premier serpent qu'on verra au Viêt Nam.

Après une petite blague de La May qui nous annonce 1 heure de marche avant d'arriver, 15 minutes plus tard, on découvre sa maison au milieu d'un petit village très haut dans la montagne.

On fait une petite sieste et on part découvrir les rizières de La May et son mari.

Elle a aussi des champs de maïs dans lequel on ferra une belle glissade.

L'école du village

On fini par récupérer quelques buches pour alimenter le feu du soir ; Tony termine le chemin avec le panier sur les épaules.

On commence la visite de la maison avec le salon de thé.

La salle à manger-cuisine.

La salle de bain (qu'on aperçoit sur la photo précédente).

Et notre chambre.

Repas avec toute la famille (dont Tson Txen, la mère de La May qui a 97 ans), entrecoupé de cul-secs d'alcool de riz généreusement et régulièrement servis par Txen Quan, le mari de La May.

J3 : après une bonne nuit malgré le matelas de 3 centimètres d'épaisseur posé sur des planches, on repart vers Sa Pa.

On choisi l'option 6 kilomètres + moto-taxi plutôt que 18 kilomètres à pied. On a un minibus, un train et un avion à prendre : pas de risques inutiles.

Arrivés à Sa Pa, on retrouve Olivier pour un déjeuner et une pipe à eau.

On prend nos billets de minibus et on fait une petite ballade-sieste autour du lac.

Après 40 minutes de bus jusqu'à Lao Cai, on a 20 minutes pour acheter des sandwichs et prendre notre train.

Le train nous dépose à Hanoi à 4h00 du matin... ça pique les yeux mais on dort mieux que dans les bus. On prend un taxi avec un compteur trafiqué : la course est plus du double que le prix normal mais c'est 3€ au final...

On attend devant l'hôtel que le garde sécurité se réveil pour récupérer nos sacs (ils nous avaient proposés de garder nos gros sacs avant de partir pour Sa Pa) et on profite d'une douche gentiment proposée par Tchin (aucune idée de l'orthographe).

En échange d'une bonne note et d'un commentaire sur TripAdvisor, on a une remise sur le taxi (10$ au lieu de 15$ pour 40min jusqu'à l'aéroport d'Hanoi...). Mais c'est totalement sincère, le Tu Linh Palace est un hôtel haut de gamme avec un personnel très gentil et simple.

La semaine à été intensive, direction Bangkok pour nos derniers jours de visites avant le repos...